Sommaire

 

Le manque de sommeil peut avoir des conséquences néfastes sur la santé : irritation, problèmes cardio-vasculaires, dépression... Mais un trop plein de sommeil peut également entraîner des problèmes de santé.

Faisons le point.

Qu'entend-on par "trop dormir" ?

Ce trouble se manifeste par :

  • un excès de sommeil pendant la nuit : plus de 9 heures de sommeil ;
  • des somnolences fortes pendant la journée ;
  • du mal à se réveiller le matin ;
  • une fatigue sans raison apparente.

Manque et excès de sommeil : des conséquences communes

Le Centers of Disease Control a mené une étude à grande échelle portant sur le sommeil. 54 269 sujets, hommes et femmes âgés de 45 ans et plus ont participé à un sondage, le Behavioral Risk Factor Surveillance System. Leurs conclusions indiquent qu'un manque aussi bien qu'un excès de sommeil ont pour conséquences des maladies graves.

31,1 % des participants ont déclaré dormir 6 heures ou moins tandis que la majorité des sondés (64,8 %) dorment entre 7 heures et 9 heures par nuit. Seule une toute petite part des participants (4 %) dorment 10 heures ou plus.

Ainsi, dormir 6 heures ou moins ou alors 10 heures ou plus paraît avoir un impact non négligeables sur la santé. La durée idéale de sommeil étant située entre 7 heures et 9 heures.

Trop de sommeil : des conséquences graves pour la santé

Conséquences physiques et psychologiques

De nombreuses études ont montré que dormir trop peu ou alors au contraire, dormir excessivement sont deux comportements associés à des maladies diverses :

  • les risques de coronaropathie ou d'AVC augmentent ;
  • le diabète et l'obésité sont plus fréquents ;
  • des maux de tête peuvent apparaître ;
  • les troubles psychologiques sont également plus présents (dépression, stress, etc.).

Affectation des facultés cognitives

Une étude menée par l'Université hospitalière de Madrid et l'Université de Colombia à New York ont mis en évidence l'impact d'un excès de sommeil sur les facultés cognitives de l'adulte âgés de 60 ans et plus. 2 700 participants ont ainsi participé pendant 3 ans à cette étude.

Tandis que tous les patients ont connu un déclin certain de leurs facultés cognitives, les gros dormeurs ont vu leur facultés diminuer bien plus fortement.

Envie d'en savoir plus ?

  • Téléchargez gratuitement notre guide du sommeil.
  • La position du lit dans votre chambre peut influer sur la qualité de votre sommeil. Découvrez dans notre fiche pratique comment placer son lit pour bien dormir.
  • Vous vous endormez de façon intempestive plusieurs fois par jour ? Zoom sur la narcolepsie, un trouble neurologique rare.