Sommaire

Réveils fréquents, difficultés d'endormissement, insomnies... votre sommeil est peut-être perturbé, comme celui de 70% des Français ?

Du petit trouble passager aux difficultés chroniques, certains troubles du sommeil peuvent devenir invalidants. Il existe alors différentes tests que votre médecin spécialiste du sommeil peut prescrire pour établir un diagnostic précis. Parmi eux, l'enregistrement du sommeil. On vous dit tout !

Enregistrement du sommeil : quel type d'examen ?

L'enregistrement du sommeil, appelé aussi "polysomnographie", est un examen destiné à étudier le sommeil. Il se pratique de deux manières :

  • au cours d'une nuit passée au laboratoire de sommeil, en milieu hospitalier ;
  • à domicile, sans hospitalisation, autrement dit en soin ambulatoire.

La polysomnographie enregistre plusieurs signaux :

  • l’activité électrique du cerveau ;
  • le mouvement des yeux ;
  • la tension des muscles du menton ;
  • le mouvement des jambes ;
  • les troubles du rythme cardiaque ;
  • les troubles respiratoires.

Déroulement de l'enregistrement du sommeil

Au laboratoire

Les techniciens du sommeil posent des électrodes sur le cuir chevelu et sur le visage et vous relient à un enregistreur qui va recueillir sur un ordinateur les enregistrements suivants :

  • l'électroencéphalogramme ou EEG, qui enregistre le rythme électrique de votre cerveau ;
  • l'électromyogramme ou EMG, qui mesure le tonus des muscles, en particulier celui du muscle du menton et parfois aussi celui des jambes ;
  • l'électro-oculogramme ou EOG, qui enregistre les mouvements des yeux, ce qui est très important pour détecter le sommeil paradoxal ;
  • un capteur au niveau du doigt va également mesurer la quantité d’oxygène dans le sang.

Les capteurs mis en place ne sont pas douloureux, mais sont reliés à des fils qui limitent un peu vos mouvements. Au réveil, électrodes et capteurs sont retirés, sauf si des tests dans la journée sont prévus. Le plus souvent l'examen se poursuit (pour une durée complète de 24 heures), afin d'analyser le sommeil en programmant plusieurs siestes toutes les deux heures.

À la maison

Depuis quelques années, on peut effectuer l'enregistrement du sommeil à la maison.

Les enregistrements réalisés sont :

  • soit une simple polygraphie, qui enregistre la respiration pour dépister les apnées du sommeil ;
  • soit une polysomnographie complète avec analyse du sommeil.

Quelles informations sont recueillies lors de l'enregistrement du sommeil ?

La polysomnographie permet de recueillir des informations sur :

  • le temps de sommeil ;
  • sa composition en cycles et en stades ;
  • la latence d'endormissement ;
  • l'efficacité du sommeil, qui est le rapport entre le temps de sommeil total et le temps passé au lit ;
  • les anomalies respiratoires, cardiaques ou neurologiques qui peuvent agir sur le sommeil.

Cet examen est indiqué en cas de troubles du sommeil ou de la vigilance, comme :

  • les pauses respiratoires durant le sommeil ;
  • une somnolence diurne ;
  • des ronflements excessifs ou fatigue persistante, qui doivent être confirmés voire quantifiés.

N'hésitez pas à en parler à votre médecin généraliste, il pourra vous orienter vers un spécialiste du sommeil.

Pour en savoir plus :

  • Les "centres du sommeil" sont des unités spécialisées dans le diagnostic et le traitement des troubles du sommeil. Quels troubles soigne-t-on dans une clinique du sommeil et par quelles méthodes ? On vous dit tout !
  • Pour vous permettre de répondre personnellement à la question : dormez-vous suffisamment ?, lisez notre astuce dédiée.
  • Vous êtes gêné par des troubles du sommeil récurrents ? Et si vous essayiez le yoga ? On vous dit pourquoi yoga et sommeil sont deux alliés.