Sommaire

 

Peu connue du grand public, l'ivresse du sommeil - appelée aussi éveil confusionnel - affecte aussi bien les hommes que les femmes, mais les enfants semblent plus touchés que la population adulte. Qu'est-ce que c'est exactement ? Suivez notre zoom pour tout savoir de ses causes, de ses symptômes et des solutions existantes.

Qu'est-ce que l'ivresse du sommeil ?

L'ivresse du sommeil se traduit par un comportement confusionnel au réveil pouvant durer jusqu'à 60 minutes chez les enfants contre une quinzaine de minutes au maximum chez les adultes. Cet épisode confusionnel est assez fréquent chez les plus jeunes puisqu'il concerne environ 15 enfants sur 100. Cet éveil confusionnel est classé parmi les parasomnies.

La revue Neurology a publié en août 2014 les résultats d'une étude scientifique franco-américaine menée sur les habitudes de sommeil de plus de 1 900 personnes âgées de plus de 18 ans. Il a été constaté que l'ivresse du sommeil touche majoritairement :

  • les gros dormeurs : plus de neuf heures de sommeil par nuit ;
  • les petits dormeurs : moins de six heures de sommeil par nuit ;

Les personnes souffrant d'apnées du sommeil peuvent également présenter une ivresse du sommeil, mais de façon plus occasionnelle.

Ivresse du sommeil : causes

Parmi les causes de l'ivresse du sommeil, on peut citer :

  • le réveil provoqué ;
  • un réveil brutal ;
  • l'alcoolisme ;
  • les troubles bipolaires ;
  • l'anxiété ;
  • le stress ;
  • un stress post-traumatique ;
  • la dépression ;
  • un trouble de la santé mentale ;
  • plus rarement, la prise d'antidépresseurs.

On peut constater des épisodes d'ivresse du sommeil chez les personnes qui subissent un trouble du sommeil lié à la perturbation du rythme circadien, comme dans le cas des travailleurs de nuit par exemple.

Ivresse du sommeil : symptômes

L'ivresse du sommeil est finalement facilement reconnaissable à la vue des symptômes qu'elle engendre, à savoir :

  • ralentissement sur le plan psychomoteur qui peut se révéler par une élocution difficile, des propos et/ou des actes incohérents ou inappropriés, un ralentissement des idées, voire quelques difficultés de compréhension ;
  • l'impossibilité de se lever ;
  • un comportement violent.

Ivresse du sommeil : quelles solutions ?

Dans la majorité des cas, l'ivresse du sommeil ne nécessite pas de traitement.

En revanche, lorsqu'elle entraîne un comportement violent au réveil, il existe un danger pour l'entourage du sujet mais aussi pour le sujet lui-même. Une prise en charge s'avère donc indispensable. Il peut s'agir :

  • d'une prescription de benzodiazépines à prendre le soir avant le coucher ;
  • d'une prescription d'antidépresseurs ;
  • d'un suivi psychothérapeutique, selon la ou les cause(s) de l'éveil confusionnel.