Sommaire

La somnolence post-prandiale touche une grande majorité de personnes, et ses conséquences peuvent être problématiques. Zoom sur ce fameux phénomène du « coup de barre » : quelles sont ses causes ? comment faire en sorte qu'il apparaisse moins fréquemment ?

Somnolence post-prandiale : définition

« Post-prandial » est un terme désignant la période qui suit un repas. La somnolence post-prandiale est donc cette subite envie de dormir ressentie très peu de temps après avoir mangé.

Causes de la somnolence post-prandiale

Sur un plan purement physiologique, il faut savoir que, durant la phase post-prandiale, les éléments nutritifs absorbés au cours du repas sont synthétisés. Cette phase est appelée « l'anabolisme ». Elle est suivie par la phase de catabolisme au cours de laquelle ces éléments sont transformés en énergie indispensable au fonctionnement de l'organisme.

Les risques de somnolence post-prandiale peuvent être augmentés par :

  • une consommation excessive d'alcool avant et pendant le repas ;
  • des aliments trop riches ;
  • un sommeil nocturne de mauvaise qualité, ce qui inclut des difficultés d'endormissement, des réveils successifs au cours de la nuit, l'insomnie, l'apnée du sommeil ;
  • l'habitude de s'adonner à une sieste après le repas ;
  • un manque d'activité en début d'après-midi ;
  • le diabète ;
  • un excès de poids.

Conséquences de la somnolence post-prandiale

La somnolence post-prandiale peut mettre les personnes dans l'embarras lorsqu'elle survient pendant les heures de bureau par exemple, car elle peut donner lieu à une envie irrépressible de dormir.

Plus grave, elle peut entraîner des conséquences dramatiques dans de nombreuses branches professionnelles mais aussi, pour tout conducteur, que ce soit dans l'exercice de sa profession ou à titre privé. En effet, il peut être dangereux de manquer de vigilance lorsque l'on utilise un engin, que l'on travaille en hauteur ou que l'on conduit un véhicule.

Somnolence post-prandiale : quelles solutions ?

Bien que parfois considérée comme physiologique, la fréquence de la somnolence post-prandiale peu être limitée, si l'on observe les points suivants :

  • dormir suffisamment ;
  • éviter de se coucher tard car le sommeil du début de soirée est de loin le plus réparateur ;
  • prendre des dispositions, voire consulter un médecin si l'on ressent fréquemment des difficultés à s'endormir, si l'on se réveille plusieurs fois dans la nuit ;
  • demander une prise en charge en cas d'apnée du sommeil ;
  • adopter une alimentation variée et riche en légumes verts ;
  • limiter l'absorption d'aliments trop riches ;
  • éviter de manger en trop grande quantité ;
  • limiter sa consommation d'alcool ;
  • perdre du poids.

Aussi dans la rubrique :

Comprendre la fatigue

Sommaire