Sommaire

Dans le langage courant, l'état léthargique ou la léthargie sont entendus comme une diminution de la vitalité, une faiblesse pathologique ou non.

Le point sur l'état léthargique et comment en sortir dans notre article.

Définition de l'état léthargique

Quand elle n'est pas pathologique, la léthargie correspond le plus souvent à une réponse à un effort, un stress, l'ennui, le manque de sommeil, une mauvaise alimentation... Elle est le signe d'un niveau d'énergie faible. Dans ce cas, la personne n'a aucune envie de bouger, ressent une fatigue chronique, une envie irrépressible de dormir et est sujette à de fréquents bâillements.

Les causes peuvent aussi avoir un lien avec le changement de saison. On sait que certaines personnes sont plus sensibles au manque de lumière et de soleil qui caractérisent les saisons de l'automne et surtout de l'hiver car il peut entraîner un déséquilibre de l'hypothalamus (structure nerveuse située dans le cerveau).

Lire l'article Ooreka

État léthargique : en psychiatrie

La médecine décrit l'état léthargique comme étant un état pathologique de sommeil profond et prolongé caractérisé par un relâchement musculaire et une diminution des fonctions végétatives (fonctions involontaires de l'organisme).

Au cours de cet état de conscience altéré, la personne endormie est réveillable : elle peut parler pendant cet éveil avant de se rendormir en oubliant ce qui vient de se passer.

Cette définition s'applique plus particulièrement à un état psychiatrique (la léthargie hystérique) ou à une phase hypnotique (phase décrite comme étant le deuxième stade de l'hypnose qui correspond à un sommeil profond, un relâchement musculaire : la régression dans le temps est alors possible).

Elle correspond également à l'encéphalite léthargique, pathologie décrite par C. Von Economo (scientifique) en 1917. Il s'agit d'une pathologie qui est apparue au cours de la première guerre mondiale chez les soldats : nombreux furent ceux qui furent touchés. Elle disparut vers 1925, seuls quelques cas isolés sont parfois décrits. Elle correspond à une atteinte de l'hypothalamus. Cependant sa cause n'est toujours pas connue : serait-ce une réaction immunitaire ? Il n'existe pas non plus de traitement réel, bien qu'Oliver Sacks (neurologue) ait identifié la Levodopa comme traitement efficace pour ces patients.

État léthargique et hibernation

L'hibernation s'identifie à l'état léthargique.

L'hibernation est un ensemble de modifications que subissent certains animaux pour passer la période hivernale. Il s'agit d'une sorte d'engourdissement associé à un ralentissement des grandes fonctions de l'organisme.

On parle aussi d'hibernation intellectuelle, qui s'apparente à un état prolongé d'inaction, de passivité.

Clés pour sortir de l'état léthargique

Certaines bonnes habitudes permettent de sortir seul de l'état léthargique :

  • Veiller à avoir une bonne qualité de sommeil (7 à 8 h pour un adulte).
  • Avoir une alimentation équilibrée.
  • Boire suffisamment durant la journée, 1 à 1,5 litre par jour.
  • Pratiquer une activité physique régulière d'au moins 30 minutes.
  • Éviter la consommation d'alcool, cigarettes, drogues, boissons énergisantes, café ou thé en grande quantité.
  • Éviter le sucre raffiné, qui est générateur de stress pour l'organisme.
  • Utiliser la luminothérapie.

Si toutefois l'état de léthargie perdure, il est alors conseillé de consulter un médecin car la léthargie est peut-être le signe d'une pathologie.

Et si l'état léthargie était le signe d'une pathologie ?

Cette baisse de la vitalité peut aussi être associée à diverses pathologies

La léthargie ou asthénie (voire anergie) peut se voir lors de diverses pathologies :

  • les cancers ;
  • les maladies hématologiques (du sang) ;
  • le diabète lorsqu'il n'est pas équilibré : l'état léthargique accompagne aussi bien un manque de sucre qu'un trop plein de sucre dans le sang ;
  • les pathologies cardio-vasculaires.

Aussi dans la rubrique :

Causes & conséquences

Sommaire