Sommaire

Pour rendre compte de la qualité du sommeil, il existe de nombreux tests. La polygraphie ventilatoire en est un. De quoi s’agit-il, quel est son principe, à quoi ça sert ? On vous en dit plus dans notre article.

La polygraphie ventilatoire : définition

La polygraphie ventilatoire est un examen médical ambulatoire (c’est-à-dire qui se réalise à domicile) qui permet d’enregistrer, pendant le sommeil, plusieurs variables physiologiques respiratoire d’un patient : le rythme respiratoire, les ronflements mais aussi de rendre compte de la position du corps pendant le sommeil.

Le principe de la polygraphie ventilatoire

L’examen consiste à utiliser un polygraphe ambulatoire qui a la forme d’un petit appareil portatif, de la grosseur approximative d’un iPod.

Il comprend plusieurs capteurs :

  • une canule nasale ;
  • une thermistance naso-buccale, il s’agit élément permettant de détecter la température ;
  • des capteurs de mouvements respiratoires ;
  • des sangles thoracique et abdominale ;
  • un oxymètre de pouls, qui permet de mesurer continuellement la quantité d’oxygène qui circule dans les artères ;
  • un capteur de ronflement (capteur de son situé à la base du cou) ;
  • un capteur de position du corps.

Tous les capteurs sont reliés au petit boitier par des fils et ce qui est enregistré est stocké et prêt à être récupéré sur un ordinateur. Un/une infirmier(e) qualifié(e) se charge de poser les sangles sur le patient et de lui expliquer comment poser la canule nasal ainsi que les autres éléments de l’appareil le soir à la maison.

En fonction des résultats, le médecin proposera ou non des examens complémentaires, comme une polysomnographie (qui mesure en plus des paramètres cérébraux, musculaires et oculaires).

Lire l'article Ooreka

La polygraphie ventilatoire : utilité

La polygraphie ventilatoire est prescrite pour évaluer certains troubles liés au sommeil comme les apnées du sommeil (à savoir des arrêts involontaires de la respiration pendant la nuit) ou les ronflements (qui peuvent notamment être un signe de la survenue d’apnée du sommeil).

Elle doit être un complément d’une évaluation médicale complète. Il ne permet pas seul de poser un diagnostic d’apnée obstructive du sommeil.

il s’agit d’un test diagnostique simplifié, mais pas d’un test de dépistage : elle ne permet pas de distinguer par exemple si l’apnée du sommeil est de type obstructive ou centrale.